[Exclusif] Découvrez comment sont fabriquées les bagues en or et diamants

bague diamant GVS2

Article invité

Si les bagues de joaillerie font rêver bien des femmes par leur finesse et l’éclat de leurs diamants, peu se rendent compte du travail nécessaire pour aboutir à de telles œuvres d’art.

Alliant savoir-faire ancestraux et technologie de pointe, la fabrication moderne fait appel à l’impression 3D et au doigté des bijoutiers pour donner vie à ces joyaux qui font briller de mille feux de leurs diamants les doigts des femmes.

Je vous invite à découvrir comment sont fabriquées de telles bagues, en prenant pour exemple la fabrication de cette bague en or jaune 18 carats et diamants issue de la collection d’alliances de la bijouterie vivalatina.

Constituée d’or blanc 18 carats rhodié, cette bague est sertie d’un diamant GVS2 de 0,25 carat et de 6 petits brillants de 1,7 mm chacun.

Sa genèse débute par la fabrication du modèle en résine grâce à une imprimante 3D, modèle qui servira ensuite à la confection d’un moule supportant la température de l’or en fusion (un peu plus de 1000°C) qui sera versé dedans.

Sur la photo suivante, on peut voir l’or blanc à 18 carats en fusion qui vient tout juste d’être versée dans le moule.

fabrication bague-or en fusion

On obtient après refroidissement notre ébauche de bague brute qu’il faudra ébarber et polir. On peut voir sur la photo la « carotte », c’est à dire le conduit en or ayant servi à verser l’or dans le moule ayant la forme de notre bague.

Remarquez que les griffes servant au sertissage des diamants sont déjà présentent, elles seront par la suite affinées pour sertir les diamants.

Il faut par la suite ébarber la bague et procéder parfois à des retouches très localisées. C’est là que la dextérité du bijoutier prend toute son importance.

Et après un polissage minutieux, la bague est prête pour le sertissage des diamants. On peut constater que l’or blanc de la bague n’est pas aussi blanc que le rhodium qui la recouvrira en dernière étape de fabrication.

Le sertissage des diamants se fait minutieusement, pierre par pierre, en prenant soin de vérifier chaque serti avant de passer au suivant. Chacune des griffes des sertissages sont ensuite finalisées une à une pour leur donner leur forme finale, avec l’outil visible sur cette photo.

On procède ensuite à un polissage des griffes sertissant les diamants afin d’obtenir une bague ne présentant plus aucune aspérité, étape indispensable pour finaliser la bague.

Ensuite, on procède au nettoyage de la bague au bain à ultrasons, ce qui permet de tester aussi le bon sertissage des diamants, puis on traite la bague au rhodium afin de lui donner son éclat final caractéristique de l’or blanc rhodié. On peut enfin admirer le résultat final.

Un grand merci à Nicolas Tranchant pour cet article. Créateur de la boutique de bijoux en ligne Vivalatina, Nicolas  propose des bijoux, bagues et alliances sur mesure. Découvrez toutes ses réalisations sur son site.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *